Mon choix de distibution

Après avoir posé les bases de la différence entre « Stable » et « Rolling » Release, je vais à présent vous parler de mon choix de distribution. Mais je vais également des mon choix d’environnement de bureau et de mon parcours de linuxien.

Rolling ou Stable ?

Comme je l’ai déjà un peu expliqué dans mon article où j’explique ces termes, je suis un grand fan du Rolling Release. J’aime avoir les dernières versions des logiciels et même les tester en bêta si cela est possible (je teste notamment Firefox en version Nightly, mais je pense écrire un article sur le sujet un jour).

Arch ? Manjaro ? Antergos ? Gentoo ?

J’ai toujours trouvé que Arch Linux était une distribution fascinante. C’est vraiment une distribution idéale pour moi (rolling release, grande communauté, excellent wiki).

En ce qui concerne Manjaro, j’avoue que je me suis lancé dans l’aventure avant de passer à Arch. J’ai bien aimé le fait que ce soit basé sur Arch (ce qui m’a permis de découvrir un peu l’univers pacman, yaourt & co) et que c’était une installation graphique (ce qui n’est pas le cas d’Arch Linux). En revanche, ce qui m’a énormément déçu, c’est la mise à jour déployé qui à causé un « Black Screen ». Cela à bien montré que les mises à jours ne sont absolument pas testées avant d’être déployées. Un autre point, qui à vraiment fait que j’abandonne cette distribution, c’est de se retrouver avec un « kernel panic » en rentrant de vacances (le PC n’ayant pas été allumé depuis mon départ). La première fois j’ai pensé à des mise à jours mal terminées avant de partir, mais j’ai à nouveau eu le même problème aux vacances suivantes. J’ai donc décidé d’abandonner cette distribution à partir de ce moment là.

J’ai ensuite testé Antergos, que j’ai vite abandonné, ne trouvant que peu d’intérêt à utiliser cette distribution. Le seul point sympatrique que j’ai trouvé est le fait de pouvoir choisir son environnement de bureau à l’installation et donc de ne pas en avoir par défaut.

Gentoo c’est une autre histoire. J’utilise GNU/Linux depuis environ 2 ans seulement, le processus d’installation de la distribution m’est encore assez obscure, vu que je n’ai jamais vraiment eu le temps (ou le courage, les connaissances) de la tester. Le principe de compiler tous les paquets est assez intéressant, mais cela peut être handicapant si (comme moi) on ne possède pas de PC assez puissant pour compiler rapidement. Je garde tout de même un œil sur Gentoo et son développement.

Unity ? GNOME ? XFCE ? LXDE ? KDE ?

Comme la plupart des utilisateurs de GNU/Linux, j’ai commencé avec Unity. Ce fork de GNOME proposé par défaut sur Ubuntu (remplacé par GNOME depuis Ubuntu 17.10) à commencé à m’agacer rapidement. Peu de possibilité de personnalisation, on retrouve les mêmes thèmes partout, …

GNOME, c’est assez simple, je ne l’ai jamais aimé. Allez savoir pourquoi, mais j’ai vraiment du mal à supporter cet environnement de bureau. L’interface reste simple et classique, mais ce n’est pas vraiment ce que je cherche.

XFCE est l’un de mes préféré. J’ai longtemps tourné sous Xubuntu et j’ai vraiment aimé. C’est personnalisable, il existe de nombreux thèmes et on peu facilement obtenir quelque chose de sympa. Honnêtement, je pense que XFCE est un super environnement de bureau.

LXDE je ne peut pas vraiment en dire grand chose. Je n’y ai touché qu’une seule fois, lors de l’installation de Lubuntu sur un ancien PC de la famille. De ce que j’ai pu en voir, c’est assez sobre et convient parfaitement aux anciens PC.

KDE je ne l’ai pas utilisé très longtemps. Je tournait à l’époque sous KDE Neon. J’ai bien aimé l’apparence, la personnalisation facile et les nombreuse options disponibles. Le problème c’est que comme je l’ai évoqué plus haut, j’ai un (très) vieux PC. Ma carte graphique (une NVDIA GT210) n’a pas vraiment aimé KDE et je devais bouger la souris pour « effacer » la fenêtre que je venais de fermer.

Mon choix :

Après avoir un peu fait le tour des différents environnements de bureau « classiques », je me suis tourné vers les « tiling window manager » et notamment i3 que j’ai adopté il y a quelque mois, puis que j’avais lâché pour XFCE. Aujourd’hui, je reviens sur i3 et je ne pense pas changer avant un moment (histoire de faire un dotfile de mon arch + i3). I3 est vraiment personnalisable et assez simple à configurer (tout se fait à travers un seul fichier). Il faut prendre un peu de temps  à configurer, l’interface proposé par défaut peut en effrayer certains. Une fois que vous avez trouvé un petit jeu de couleur sympa, que vous avez configuré les différents éléments (i3status, i3lock ou encore dmenu), vous n’arriverez plus à repasser à autre chose. Je ne l’ai pas préciser, mais les « tiling window manager » veulent vous faire gagner du temps, en limitant le nombre d’action à effectuer avec la souris (qui est inutile dans la plupart des cas). Vous devrez donc apprendre quelques raccourcis clavier de base, puis vous pourrez également configurer les votres.

Conclusion :

Je suis vraiment heureux de mon petit setup Arch + i3. Il me reste encore un peu de config à faire, afin d’arriver à ce que je veux vraiment, mais je suis proche du but. C’est sûr, cela demande un temps de configuration et d’adaptation, mais je vous invite à sauter le pas 😀

Author: Sélénuix

Je suis Sélénuix, un passionné du web et du numérique, mais du libre en particulier. J’ai tourné sous différentes distributions GNU/Linux.